1 milliard de dollars dans la gibecière de Félix Tshisekedi

C’est une des retombées du plaidoyer mené  par Félix Tshisekedi, lundi au siège de la Banque mondiale. L’institution de Bretton Woods souhaite revoir à la hausse, son appui financier à la République Démocratique du Congo.

La relance de la coopération est en cours d’examen mais la banque mondiale n’exclut pas pour autant l’hypothèse de s’investir davantage dans le pays. «De manière générale, nous sommes encore en train d’affiner notre partenariat avec la RDC. À titre indicatif, je peux dire que nous avons jusqu’ici une enveloppe d’à peu près 600 millions des dollars par an et nous voulons augmenter cette enveloppe à 1 milliard par an », a indiqué Jean-Claude Tchatchouang, directeur exécutif du conseil d’admiration du groupe de la Banque mondiale. Quatre gouverneurs de province ont participé à cette rencontre de New-York. Chacun a présenté  des projets  intégrateurs porteurs de croissance, projets qui semblent avoir séduit la Banque mondiale. A ce stade, rien n’est encore défini mais «en écoutant les gouverneurs de province, nous avons une idée et on va poursuivre ces discussions», a déclaré J.C  Tchatchouang. Déjà, la banque mondiale annonce soutien en faveur de la gratuité de l’enseignement et promet d’arrêter quelque chose de précis dans un futur bref à condition évidemment  que le cadre macroéconomique soit acceptable. L’institution de Bretton Woods souhaite élargir ses interventions dans l’arrière-pays, particulièrement dans les provinces touchées par les conflits.

 Soutien assuré de la Banque mondiale

Selon David Malpass, dans leurs échanges, Felix Tshisekedi, a souligné l’importance de la transparence, de la responsabilité et du respect de l’état de droit. Et le N°1 de la Banque mondiale lui a assuré le soutien de son organisation notamment dans la lutte contre Ebola et à d’autres problèmes de développement urgents. Déjà présente dans plusieurs domaines, la Banque mondiale avait annoncé en août que 50 millions de dollars américains seront versés à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour « financer ses activités opérationnelles destinées à sauver des vies dans le contexte des interventions de première ligne contre l’épidémie ». Elle a également promis son soutien à la mise en œuvre de la gratuité de l’éducation de base dès cette année.

 

 

 

Laisser un commentaire