Cap vers les élections : Alexis Thambwe pour un compte anticipé élections 2023

À l’ouverture de la session de septembre, le président de la chambre haute du Parlement a «proposé d’activer un compte anticipé élections 2023. Le montant sera déterminé en fonction de prévisions de dernières élections ».

Ceci, pour éviter les difficultés d’un passé récent où le gouvernement (Matata Ponyo) s’était retrouvé dans l’impossibilité d’organiser les élections de 2016, entraînant la tenue de ces dernières 2 ans plus tard (décembre 2018). Reste à savoir si cette proposition trouvera un écho favorable auprès de différents décideurs.

Une session budgétaire complexe

La session de septembre étant essentiellement budgétaire, « j’invite le gouvernement à déposer le projet de budget 2021 dès le début de cette session. C’est un acte législatif très important. Ce n’est pas un simple rituel », exhorte Alexis Thambwe Mwamba.

Revenant « sur les faits survenus dans notre pays et qui peuvent influencer la marche de notre nation dont la pandémie du Coronavirus, je salue les efforts opérés par le gouvernement et autres pour » lutter contre le Coronavirus.

Non au tribalisme 

« Au sein de notre société, le tribalisme envahit les réseaux sociaux. On ne peut pas construire un État sur cette base. Nous devons sensibiliser contre ce phénomène. Les mises en garde et une demande de lucidité (sont faites) à nous tous ».

Constatant que « la sécurité n’est pas encore rétablie sur l’étendue du territoire, j’interpelle le gouvernement à mobiliser les moyens ».

Soutien au mini-sommet de Goma 

Alexis Thambwe « salue l’initiative du président de la République qui convie 5 de ses collègues pour parler de la sécurité. Nous espérons que ce sommet se tiendra rapidement et nous attendons beaucoup de lui ».

Le président du Sénat a également condamné « l’atteinte à l’intégrité physique des députés. Je voudrais demander au gouvernement de prendre toutes les mesures pour éviter ces choses et à la représentation du peuple (de prendre) la mesure de cette expression populaire ».

Pour lui, « aucune loi ne peut être discutée en dehors des institutions. D’éminents professeurs s’avancent sur l’inconstitutionnalité  ou non de certains textes. Je leur conseille de recourir toujours aux annales du Parlement. Les textes doivent être appliqués en l’état aussi longtemps qu’ils ne sont pas modifiés ».

Alexis Thambwe Mwamba estime que « nos chambres doivent demeurer le gardien de inviolabilité de la constitution. Aucune institution ne peut prétendre répondre seule aux besoins de la population ».

Il déplore également le fait que « le pays fait face à des ingérences étrangères récurrentes. Certaines représentations diplomatiques s’érigent en conseillers de certaines personnalités en fonction ».

Présence remarquée du sénateur Joseph Kabila

Joseph Kabila, ancien président de la République et sénateur à vie, a participé pour la première fois, depuis qu’il a quitté le pouvoir, à une séance plénière. 

Ce mardi 15 septembre, il a été fortement ovationné à son entrée lors de la cérémonie d’ouverture de la session de septembre. « Je salue la présence du sénateur à vie, Joseph Kabila, qui participe avec nous à cette plénière », a déclaré le président de la Sénat.

JM Mawete

Laisser un commentaire