En son absence, le Gouverneur Jean Bamanisa déchu

L’Assemblée provinciale de l’Ituri a voté mardi 13 avril dernier à Bunia la motion de censure contre le gouverneur Jean Bamanisa Saisi et tout son Gouvernement provincial. 33 députés provinciaux sur les 41 présents à l’Hémicycle, ont voté pour la déchéance.

Le gouverneur de province, Jean Bamanisa, n’a pas répondu à l’invitation des élus pour présenter ses moyens de défense. L’examen de cette motion s’est déroulé sous une forte surveillance de la police, qui a été déployée dans certains coins de la ville pour étouffer la manifestation non autorisée des jeunes visant à soutenir l’exécutif provincial. Quarante et un députés provinciaux ont pris part à la plénière du mardi 13 avril chargée d’examiner la motion de censure contre le gouvernement provincial. Après l’adoption de l’ordre du jour, ces élus ont discuté sur la requête du gouverneur Jean Bamanisa Saidi, qui avait sollicité dans une correspondance adressée au Bureau de l’Assemblée un report la plénière dans 48 heures. Cette demande a été rejetée par la majorité des élus, qui ont résolu d’envoyer une seconde invitation à l’exécutif provincial pour se présenter à 14 heures (locales) à l’hémicycle. Mais jusqu’à 14 heures 30, les membres du gouvernement provincial n’étaient toujours pas dans la salle. Les députés provinciaux ont résolu d’examiner cette motion de censure. L’initiateur de cette motion, Adaba Masumbuko, a présenté les griefs contenus dans son rapport contre le gouvernement provincial. À l’instar des autres gouverneurs déchus, Jean Bamanisa est accusé notamment de mauvaise gestion, d’incapacité à restaurer l’autorité de l’Etat et d’inefficacité dans la recherche de la paix. Après débat, les députés sont passés au vote. La sentence est tombée : 33 élus ont voté pour et 8 contre. La motion contre le Gouverneur Jean Bamanisa a été déposée samedi 10 avril dernier au Bureau de l’organe délibérant de l’Ituri. Elle a été signée par 20 députés provinciaux sur 44 que compte cette Assemblée provinciale. Selon la loi, le gouverneur de province dispose de 48 heures pour présenter sa démission et celle de tout son gouvernement au Chef de l’Etat. Toujours selon la Constitution, le gouvernement déchu est déclaré démissionnaire. Toutefois, il va continuer à gérer les affaires courantes jusqu’à l’organisation de nouvelles élections du gouverneur par la Commission nationale électorale indépendante (CENI). Quelques jours plus tôt, le Vice-gouverneur de la ville province de Kinshasa l’honorable Néron Mbungu et le Gouverneur du Kasaï Jean Maweja ont également subi la loi des élus provinciaux.

Laisser un commentaire