Enrôlement des congolais de l’étranger : Pour J. Munubo, le rendez-vous des élections est inéluctable

C’est pratiquement dans sept mois que les élections présidentielles, législatives et provinciales se tiendront en RDC exactement le 23 décembre prochain, selon les prescrits de l’accord de la Saint Sylvestre.

Visiblement, il existe certaines contraintes qui peuvent retarder la tenue effective de ces scrutins à la date prévue. Parmi ces contraintes, figure notamment l’enrôlement des congolais de l’étranger.

Pour l’élu de l’UNC, Juvénal Munubo, c’est la faisabilité qui pose problème. Le représentant du peuple s’est insurgé sur le fait que cet enrôlement puisse constituer un prétexte pour ne pas organiser les élections à la date convenue.

Le député national a relevé que le peuple est en face d’un gouvernement qui n’a pas assimilé le principe selon lequel,  gouverner c’est prévoir. Selon lui, le gouvernement  devait préalablement prévoir  l’enrôlement de ces congolais vivant à l’étranger. Ce représentant du peuple a souligné qu’il s’agit d’un droit qui leur est reconnu et garanti par la Constitution.

‘’ Ce qui est difficile et inacceptable, ce qu’on rate le rendez-vous des élections en décembre. Nous attendons de pied ferme  ces élections. Nous ne voulons pas que l’enrôlement de la diaspora puisse constituer une entrave pour l’organisation des élections vers la fin de l’année ‘’, s’est-il inquiété.

‘’ On ne peut pas élaguer les congolais de l’étranger  de la liste des électeurs, pour être non partants aux prochaines élections. La diaspora veut l’alternance. Les congolais de l’étranger sont en train de comprendre que les élections ne peuvent avoir lieu sans leur participation comme c’est le cas avec tous les autres citoyens congolais ‘’, soutient l’élu de Walikale, qui tient fermement qu’il y ait alternance. Chose qu’il faut absolument éviter par tous les moyens.

Selon certaines langues, l’enrôlement des congolais de l’étranger risque d’allonger le délai de l’organisation des élections au-delà du 23 décembre.

Au cas où la diaspora ne serait pas enrôlée, cela va heurter les prescrits de l’article 13 de la Constitution qui parle de la non discrimination des congolais quelque soit le pays où ils séjournent. Juvénal Munubo a invité la centrale électorale à suivre l’exemple d’autres commissions électorales africaines, à l’instar du Nigéria, du Botswana etc. Ces pays ont réussi à enrôler les citoyens de leur pays vivant à l’étranger sans problème.

Page 7

 

Laisser un commentaire