Face à l’afflux aux morgues, les funérariums incontournables

Le spectacle dans les différentes morgues de la capitale congolaise est pathétique et désolant, lors de la levée des dépouilles. Ce qui s’y passe laisser à désirer.

Par conséquent, les funérariums s’avèrent nécessaires pour les obsèques spécialement les derniers hommages pendant une ou deux heures. Il y a lieu d’encadrer, de réglementer et de faire respecter la loi.  » Nous avons tous adopté l’idée d’enterrer le même jour, on préserve cet acquis » a estimé une kinoise trouvée à la morgue de l’hôpital Saint Joseph de Limete. Mais les familles se retrouvent en milliers pour la mise en bière. 35, 40 corps le week-end et 10 à 15 en semaine. Chaque famille amène un nombre élevé de personnes. Ce tableau n’est favorable à la propagation de la pandémie du coronavirus. Si chaque famille passe moins de temps à récupérer sa dépouille et sait qu’elle peut l’exposer pendant une heure ou deux dans une salle, au moins la situation sera moins alarmante Les autorités doivent prendre des mesures adéquates. Sinon, le pire pourrait arriver. Mona loin dixit une sagesse kinoise.

JM Mawete

Laisser un commentaire