JP Kamango:  » l’enseignement en RDC se trouve au-dessous de la moyenne »

À l’occasion de la célébration de la journée nationale de l’Enseignement commémorée chaque 30 avril, votre rédaction est allée à la rencontre de Jean-Paul Kamango, un enseignant expérimenté.

L’Objectif : quelle est la particularité de cette journée pour cette année ?

JP Kamango: Particularité. C’est une grande journée très importante pour des spécialistes de la craie blanche de la RDC. À cette occasion, on réfléchit sur le système éducatif global de notre pays. Quel est l’état des lieux de l’enseignement en RDC ? Je dirai que l’enseignement au Congo se trouve au-dessous de la moyenne d’autant plus que jusque-là les vraies revendications des enseignants ne sont pas encore prises en compte. Hormis cette situation, il y a également le problème du vieillissement du corps enseignant, du surnombre constaté cette année scolaire dans des salles de classe.

Certains observateurs estiment que notre enseignement est au rabais. Qu’est-ce qui est à la base ?

Ces observateurs n’ont pas tort, ce qui est à la base de cette situation c’est le vieillissement du corps enseignant(professoral), la non prise en compte des revendications des enseignants par la hiérarchie, la précarité des conditions de travail de l’enseignant, l’absence de la politique éducationnelle pour la mise à niveau des enseignants, le programme national n’est pas adapté aux besoins du pays ainsi qu’aux réalités actuelles (évolution technologique), le statut de l’enseignant, l’absence d’accompagnement des élèves par leurs parents. Par conséquent, quelles sont les pistes de solution ? Il faut que le Gouvernement pense à améliorer le bien-être de l’enseignant congolais(salaire de base honorable + transport + loyer + prime de technicité ,soins médicaux adéquats avec une carte ayant droit dans toutes les établissements hospitaliers de l’Etat), créer des nouvelles écoles publiques à travers le pays afin de désengorger le surnombre dans les salles de classe, équiper les écoles des matériels didactiques(pour leurs pratiques), tenir compte des revendications des enseignants, la transposition des grades, le renforcement régulier et permanent des capacités des enseignants en créant des partenariats avec des grandes écoles (institutions) africaines ou européennes ayant le même système éducatif(recyclage, séminaire pédagogique, échanges d’expérience, etc…);L’accompagnement des enfants (élèves) par leurs parents, le renouvellement du corps professoral à tout le niveau, d’où il faut une retraite honorable aux enseignants à l’âge de la retraite, le changement ou la revisitassions du statut de l’enseignant, la revisitassions du programme national en l’adaptant à l’évolution technologique et aux besoins du pays, le versement régulier des frais de fonctionnement des écoles et des bureaux gestionnaires.

Comment réagissez-vous à la nomination du nouveau patron de l’EPST, Tony Mwaba ?

Je présente mes très sincères félicitations au Warrior de l’EPST, Tony Mwaba. C’est l’homme adapté à la situation actuelle de l’EPST, ce n’est pas en vain que le Président de la République, Felix Antoine Tshilombo a jeté son dévolu sur lui. Le ministre Tony est le déclencheur de ce que nous venons de voir dans le ministère, il était le premier à dénoncer les fraudes, les détournements, les engagements illicites et irréguliers, les écoles et agents fictifs dans le ministère de l’EPST. D’ailleurs pour votre information, le Warrior Tony Mwaba a mis en place une commission d’enquête composée des inspecteurs des finances (IGF) afin de mener un audit administratif et financier à Educ TV. Donc, le patron de l’EPST veut assainir son secteur (milieu éducatif). C’est lui qui fera entrer la gratuité prônée par le Chef de l’État au firmament.

On peut dire qu’il existe un bon mariage entre la CDT et l’EPST ?

Un syndicat est une force des propositions et la CDT doit pérenniser ce rôle. Mais parler d’un mariage, ce n’est pas vraiment l’objectif principal du syndicat, la CDT aux cotés de l’EPST a comme rôle : représentatif, revendicatif, social et normatif pour le compte ses affiliés en particulier et tous les enseignants en général .Je profite de cet espace pour vous informer que la CDT a organisé une journée syndicale le 30 Avril dernier, lors de la journée nationale de l’Enseignement. À cette occasion, son Secrétaire Général, Godefroid Matondo Nzuzi a lancé un programme le dénommé : Syndicalisation au lieu du travail. Ce méga programme poursuit entre-autres les objectifs d’adhésion, de dénonciation des mauvaises pratiques dans les milieux éducatifs, de désignation des membres des comités dans chaque sous-division, de formation syndicale, qui débute à la première quinzaine du mois de mai. Il est important de signaler qu’un syndicaliste ne se cache pas, un syndicaliste ne fait pas des compromissions.  » Si tu parles tu meurs, si tu ne parles pas, tu meurs, alors parle et meurs » a conclu l’enseignant.

Le calendrier scolaire réaménagé se présente comme suit :

Lundi 12juin : dissertation

Lundi 30 Août au jeudi 02 septembre : session ordinaire d’EXETAT

Jeudi 05 au vendredi 06 août : TENAFEP

Vendredi 06 au samedi 14 août : examen de fin d’année

Mercredi 08 septembre 2021 : proclamation des résultats et clôture de l’année scolaire 2020.

Propos recueillis par Jemira Mutono

Laisser un commentaire