La présidente de la République démocratique et fédérale d’Éthiopie à Kinshasa

Salhe-Work Zewde, présidente de la République démocratique et fédérale d’Éthiopie a foulé le sol congolais mardi 26 janvier. Cette hôtesse de marque est venue à Kinshasa pour des consultations bilatérales et régionales avec le président de la République, Félix Tshisekedi.

Elle a été accueillie à sa descente d’avion à l’aéroport international de Ndjili par la ministre d’État, ministre des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza, accompagnée de l’ambassadrice de l’Ethiopie en RDC, et de l’ambassadeur de la RDC en Ethiopie, Ngandu-Ilunga. Répondant à une question de la presse, la présidente éthiopienne s’est exprimée en ces termes :  » La République démocratique du Congo est un deuxième pays pour moi. Je connais ce pays depuis presque trois décennies; donc c’est un retour chez soi. Je suis venue voir mon jeune frère pour pouvoir discuter des sujets d’intérêt commun, bilatéral et régional. Donc ce sont des consultations que nous faisons régulièrement. C’est avec un grand plaisir que je me trouve ici. Merci mingi (merci beaucoup).

Zoom sur Sahle-Work Zewde

Née le 21 février 1950 à Addis-Abeba,Sahle-Work Zewde s’est révélée comme une diplomate chevronnée. Femme d’État, présidente de la République depuis le 25 octobre 2018, elle est la première femme à exercer cette fonction en Éthiopie. Éducation Elle est née le 21 février 1950 à Addis-Abeba. Elle est l’aînée de quatre filles. Elle étudie au lycée franco-éthiopien Guébré-Mariam, puis part en France à l’âge de dix-sept ans. Elle est diplômée en sciences naturelles à l’Université de Montpellier, et parle couramment amharique, anglais et français. Carrière diplomatique Elle est ambassadrice au Sénégal de 1989 à 1993, également accréditée auprès du Mali, du Cap-Vert, de la Guinée-Bissau, de la Gambie et de la Guinée. De 1993 à 2002, elle est ambassadrice à Djibouti, et représente l’Éthiopie à l’autorité intergouvernementale pour le développement. Elle est ambassadrice en France de 2002 à 2006, également accréditée auprès de la Tunisie et du Maroc et représentante permanente auprès de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). De juin 2009 à mars 2011, elle est représentante spéciale du secrétaire général des Nations-Unies et chef du bureau intégré des Nations unies en République centrafricaine. Elle est nommée directrice générale de l’Office des Nations unies à Nairobi le 11 mars 2011. Elle est ensuite représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies auprès de l’Union africaine à partir du 28 juin 2018. Elle succède ainsi à Haile Menkerios. Elle est élue présidente de la République à l’unanimité des voix lors de l’élection présidentielle du 25 octobre 2018, à la suite de la démission de Mulatu Teshome. C’est la première femme élue à ce poste, et, au moment de son élection, la seule femme chef d’État sur le continent africain.

Laisser un commentaire