Le mutisme de la CENI étonne

La CENI était bel et bien présente à la réunion inter institutionnelle du lundi 18 mars dernier présidée par le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi ? Cette institution d’appui à la démocratie était représentée au plus haut niveau : par son président Corneille Nangaa et son vice-président Norbert Basengezi.

Jusqu’à présent, c’est le silence radio du côté de la CENI et donc pas de voix discordante. Ce qui porte à croire que Nangaa et sa bande se sont plié aux décisions du président de la République. Et pourtant, certaines sommités de la science et du monde politique ont crié à la violation de la Constitution arguant que la CENI est la seule institution habilitée à élaborer et modifier le calendrier électoral.  Nangaa qui a toujours été jaloux de ses prérogatives, cette fois-ci s’est tu. Est-ce pour éviter de plonger le pays dans une nouvelle crise ? Ou le contraint-ton au silence ? L’on se souviendra que le président de la CENI a rejeté le report des élections sénatoriales et celles des gouverneurs proposé par le PGR.

Laisser un commentaire