Libération du DAF de TRANSCO : Un coup porté à la lutte contre la corruption selon l’ODEP

Dans un communiqué daté du 12 janvier, le président du Conseil d’administration de L’Observatoire de la Dépense publique ( ODEP) Florimond Muteba dit suivre de près le déroulement de sa dénonciation sur le détournement des deniers publics par l’équipe dirigeante de la société TRANSCO, dénonciation déposée le 01 octobre 2020 au Parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/Matete.

Cette organisation dénonce l’implication de certains hauts magistrats et personnalités politiques dans la libération de Wasongolua Vumi Aimé, Directeur administratif et financier (DAF) de TRANSCO. L’ODEP a constaté « la mise en liberté du DAF de TRANSCO après sa détention provisoire à la prison de Makala, alors que les faits reprochés sont très graves. Selon les sources judiciaires, cette liberté serait obtenue suite aux implications de certains hauts magistrats et personnalités politiques. Ce que nous considérons comme un coup porté à la lutte contre la corruption et ingérence aux affaires judiciaires ». Ce qui ressort dudit communiqué. Le PCA Florimond Muteba déplore le fait que « le DG a.i John Andrew Bongi Blackson et son Directeur Administratif et Financier, tous impliqués dans des malversations financières font aujourd’hui partie des nouveaux inspecteurs des finances. Nous demandons à l’Inspecteur Générale des Finances chef des services, de surseoir les nominations des incriminés, en attendant la clôture du dossier en instruction au Parquet général de Matete ». Contacté à ce propos, Florimond Muteba justifie sa démarche : « Nous avons décidé de dénoncer cela parce que ça ne peut pas continuer comme ça. Vous imaginez que sur les 500 bus TRANSCO pour 12 millions d’habitants de Kinshasa il n’en reste que 20 ou 30. On ne va pas laisser ceux qui ont détruit cette société (TRANSCO) gérer encore les nouveaux autres bus commandés par le Gouvernement actuel », a-t-il ‘ conclu.

Laisser un commentaire