L’intersyndicale de l’’OGEFREM contre la réhabilitation de neuf agents révoqués pour détournement

L’intersyndicale de l’Office de gestion du fret multimodal (OGEFREM) s’est farouchement opposée à la réhabilitation de neufs agents et cadres de cette entreprise publique révoqués pour détournement de plus d’un million de dollars américains et insubordination.

Cela consécutivement au point de presse organisé ce lundi 19 août 2019 en la salle paroissiale de Fatima dans la commune de la Gombe. Les syndicalistes de l’OGEFREM ont d’emblée dénoncer une sorte d’acharnement et d’interférences malencontreuses de la part des acteurs politiques qui viennent interférer dans la gestion quotidienne de ladite entreprise.  » L’intersyndicale a été informée notamment par les réseaux sociaux, avant d’arriver à leur destination finale, d’une série de correspondances émanant du directeur de Cabinet du chef de l’État, du vice-premier ministre en charge des Transports ai. et du président du Conseil d’administration de l’Ogefrem  », indique-t-elle. A en croire ces syndicalistes, toutes ces correspondances ont comme sources soit de mémos contradictoires venant de personnes non habilitées, soit basées sur des informations erronées. L’intersyndicale déplore le fait que le directeur de cabinet du chef de l’Etat soit ainsi induit en erreur par de personnes qui cherchent à nuire non seulement à cette entreprise de l’Etat qui se distingue par son remarquable redressement depuis la mise en place du nouveau comité de gestion dont Patience Sayiba à la tête. Aussi, déplore – t – elle, cette ingérence de politique qui favorise le clientélisme en lieu et place des intérêts des agents qui ont vu leurs salaires être payés régulièrement alors qu’avec l’ancien comité de gestion, ils accumulaient de retards de paiements. Ces agents estiment que réintégrer des agents licenciés pour détournements publics ne cadre nullement avec le combat contre la corruption, l’impunité et le détournement de deniers publics prônés par le chef de l’État, Félix Tshisekedi. En outre, l’intersyndicale rappelle que ce dossier de révocation a été bien suivi et traité non seulement par l’intersyndicale de l’Ogefrem mais encore plus par l’Inspection générale du travail, la Primature où un comité ad hoc a été même institué sur ordre du président Kabila à cette époque. Elle en appelle à la sagesse des autorités compétentes pour annuler cette décision prise sous l’influence de personnes mal intentionnées et sans l’avoir consultée au préalable. Elle met en garde toutes personnes qui cherchent à créer de tensions au sein de cette entreprise et invite les agents au calme en attendant son mot d’ordre.

 

Laisser un commentaire