Poids de l’opinion : l’honorable Jean-Claude Mvuemba a été élu à la tête de l’Assemblée provinciale du Kongo central. Son élection va-t-elle contribuer à juguler la crise dans cette province ?

Jean-Claude Vuemba et Nimi Mbumba ont été élus, mardi 6 octobre, respectivement président et vice-président de l’assemblée provinciale. Ils succèdent ainsi à Pierre Anatole Matusila et Edmond Luzolo lwa Nganga, destitués le 2 octobre par 25 députés, sur les 37 qui composent actuellement l’organe délibérant du Kongo-Central.

Peter Kabongo, journaliste: C’est à cette interrogation que le public a tenté de répondre Dans le sens qu’il ya une crise qui est constatée. Certains députés provinciaux réclament la démission du gouverneur Atou Matubuana vu le dérapage depuis qu’il est à la tête de la province. Si les députés provinciaux font en sorte qu’il soit déchu de ses responsabilités, cela dépend du président de l’Assemblée provinciale qui va convoquer la plénière afin de permettre aux élus de voter son éviction. La crise persiste parce que celui qui était à la tête de l’Assemblée provinciale en l’occurrence l’honorable Anatole Matusila semblait être du côté d’Atou Matubuana. Avec l’avènement de Jean-Claude Mvuemba, avec Beaucoup de réserve d’espoir, cette crise pourra être maîtrisée. Sarah Tshila: D’après moi, je préfère ne pas faire l’analyse. C’est lorsqu’il va commencer à poser les actions qu’on pourra faire cette analyse. Au départ, les habitants de la province n’aiment pas le gouverneur parce qu’il y a des problèmes autour de son nom.

Well Mashika, ingénieur: nous partons de l’adage d’Antoine De Saint-Exupéry : « l’homme se mesure devant l’obstacle. Parfois nous sous-estimons les gens par rapport. Peut-être, c’est la bonne personne et importante pour résoudre ce problème. Je peux dire qu’on lui accorde d’abord la chance et le bénéfice du doute. Je me souviens lorsqu’on a voté Trump aux États-Unis, les gens disaient qu’un homme qui n’a jamais fait la politique comment il va diriger le pays, mais nous avons vu que malgré les obstacles, il a fini ses quatre ans de mandat. Il a fait ce qu’il pouvait, est-ce que les États-Unis Unis sont par terre ? En dépit de ses incapacités, il a quand même fait un pas, bien qu’il n’ait pas l’expérience politique. Ça sera mieux de lui accorder d’abord la chance, et les critiques viendront en deuxième position.

Donat Nkashama: jamais quelqu’un ne peut oser s’il ne s’est pas préparé en conséquence. Au cas contraire, ce n’est que l’avenir qui nous en dira plus sur sa politique puisque les paroles ne suffisent pas, elles doivent être accompagnées des œuvres. Je lui souhaite bonne chance dans l’exercice de ses fonctions.

Gaël Nkuta: oui ce n’est pas facile de gagner la confiance afin de se faire voter mais nous admettons tous indirectement en votant, car je ne crois pas qu’il aura une politique qui va satisfaire à 100% les besoins de la population. Comme celui qui est au pouvoir n’a pas pu, c’est préférable qu’il cède la place à un autre, Dieu seul sait s’il fera mieux.

Propos recueillis par Clarisse Mfuamba

Laisser un commentaire