Que pensez-vous vous de l’adhésion massive de plusieurs regroupements membres du FCC à l’Union sacrée de la nation ?

Les événements se suivent et se succèdent, le paysage politique congolais se reconfigure, et le revirement spectaculaire se vit dans le microcosme politique. Depuis le discours du Chef de l’État à la Nation dimanche dernier, lequel est qualifié par des experts en communication de “séducteur” et de “menaçant”, tout semble tourner au vinaigre dans la plateforme FCC.

Nick Bulemba, ingénieur: Pour commencer, l’Union sacrée est centralisée seulement sur la défense des intérêts du peuple, sur tous les plans : social, politique, économique, etc. Comment peut-on savoir si certaines figures sont venues rejoindre l’Union sacrée pour des intérêts personnels ? Et il y en a même qui sont des espions, croyez-moi, ils n’ont pas beaucoup de temps, ils seront démasquée bientôt. Et pour terminer, je ne peux que conscientiser ceux qui sont venus rallier l’Union sacrée avec des objectifs distribués ou personnels, il est encore temps, de se convertir afin de servir le peuple, ils sont déjà là, on ne peut pas les refuser ils doivent servir le peuple. Si réellement, ils sont là pour leurs objectifs personnels, franchement, ils vont échouer et ils seront démystifiés.

Raphaël Kamuanga: Ne confondez pas les choses, quand on parle de l’Union sacrée de la nation, cela concerne tout le monde, tout le peuple congolais. Premièrement, vous et moi sommes membres de l’Union sacrée, mais il y a des gens qui se sont fait opposants, ils se sont mis hors de cette initiative du Président de la République. Tout congolais est inclus dans l’Union sacrée puisque les objectifs liés à celle-ci nous concerne tous en tant que citoyen, alors il ne faut pas faire semblant en doigtant une catégorie de gens pour se méfier.

Benjamin Kambembo Kalonji, activiste des droits de l’homme et Président communal du Parlement des jeunes: Et aussi analyse politique: la question de l’adhésion de la foule dans ce que nous appelons  » Union sacrée » soulève mille et une questions : ces adhésions reflètent-elles vraiment la vision du président ou elles vont influencer en mal l’Union sacrée ? De notre côté, nous disons non et oui. Non parce que l’Union sacrée est un état d’esprit qu’il faut avoir, ce n’est pas quelqu’un qui quitte son parti politique pour adhérer à un autre. C’est plutôt une manière de diriger autrement le Congo. D’un côté, nous avons pensé que c’est de cette façon que le Congo peut changer. De l’autre côté, nous avons dit non. L’adhésion en masse peut influencer l’Union sacrée en mal au cas où celle-ci ne s’adonne pas à recadrer certains critères juridiques, car ceux qui sont déjà là doivent savoir où ils doivent se limiter et où ils doivent commencer. Même si cette union est chapeautée le Chef de l’État lui-même, Il doit y avoir quand même certains critères car aujourd’hui dans l’humanité si les lois existent c’est pour réguler la société, aussi longtemps que la société n’est pas recadrée, chacun agira à sa manière et l’Union sacrée ressemblera au FCC de l’autrefois.

Junior Crispin Nsenda, analyste politique: le président à fait appel à̀ tous les congolais et ces derniers ont répondu positivement. S’agissant de l’honorable Ngoy Kasanji, il a son passé qui est noir mais pour l‘instant nous sommes dans une phase où nous voulons sauver le pays, ça ne sert à̀ rien de vouloir régler les comptes, donnons le temps au temps et on verra son évolution au sein de l‘Union sacrée. C’est courageux de se positionner sans tergiversations. Le choix de l‘honorable Ngoyi Kasanji est légitime, Personne n’a le monopole de l’amour de ce pays. Être un homme d’Etat c’est aussi prendre les décisions que certains de ses contemporains ne peuvent comprendre dans un laps de temps. Bon vent à lui au sein de l’Union Sacrée. En plus, tous ces gens sont là pour leur sécurité. En politique il n’y a que les intérêts, le président a besoin d’une majorité et eux ont besoin de leur sécurité vu que la majorité a basculé.

Jean Luc Kasongo: En fait, le président cherche à avoir la majorité. Ces gens du FCC qui adhèrent à cette initiative, je peux dire qu’ils ont négocié puisque voir quelqu’un quitter son parti politique pour un autre ne se fait pas au hasard. La politique est un jeu d’intérêt, tout acte que les politiques poursuivent un intérêt, alors on n’a pas à s’inquiéter, Les gens comme Ngoyi Kasanji ne vise que sa poche, si on lui propose de l’argent, il ne va pas résister même si demain il fera autrement que ce qu’on lui demande.

Propos recueillis par Clarisse Mfuamba

Laisser un commentaire