Rabbi Kupa, un chanteur en herbe

Actuellement étudiant en deuxième année architecture, à l’Institut supérieur d’architecture et d’urbanisme (ISAU), Rabbi Kupa Biduaya est né le 09 février 2000 dans la capitale congolaise.

Fervent chrétien, ce futur architecte nourrit une passion effrénée pour la musique. C’est pourquoi, il chante de temps en temps pour glorifier le Très-Haut à l’église Communauté Presbytérienne de Kinshasa (CPK) Yolo communément appelée mission. En outre, cet étudiant évangélise. Soucieux de faire de toutes les nations les disciples de Jésus, Il met à profit sa chaîne YouTube nommée Rabbi Kupa, où il poste des exhortations, des chansons, et des quiz au tour de la Bible. Rabbi est célibataire et est né le 9 février 2000 à Kinshasa. Deuxième et unique garçon, il est issu d’une famille de quatre enfants. Ses trois sœurs sont entre-autres Eunice Mputu, Salem Nawej et L’Or Kamin. À l’instar de la majorité d’enfants, il a commencé ses études par la section maternelle à l’âge de 4 ans à l’école privée Kayala à Yolo Sud dans la commune de Kalamu. C’est toujours dans le même établissement qu’il fit ses études primaires. Le cycle d’orientation, il le fit à l’Institut presbytérien de Yolo. Quant aux humanités, il prit le chemin l’école professionnelle du Bâtiment (Eproba) et obtint son diplôme en construction. Inspirée par la cantatrice Dena Muana, Il a débuté sa carrière musicale en 2006 au sein de son église d’attache. Les concerts et spectacles aussi bien à l’église qu’à la télévision ont aussi exercé une forte influence sur sa carrière. Il est dirigeant de deux chorales. L’une à l’église (CPK Yolo sud) notamment la chorale Les Élites et The Lord singer et l’autre en dehors de l’église El Charis.

Un très grand moyen pour propager l’Évangile

Il ‘était à l’ECODIM (Ecole de dimanche) et on recrutait des enfants pour chanter dans la chorale, il est allé avec sa sœur, et c’est à partir de là qu’il a ressenti l’envie de se focaliser dans la musique. C’est ainsi qu’il a atterri dans la musique .Son single est en gestation, il s’intitule  » Au pied de la sainte croix ». Il le réalise avec le concours  du frère Patrick Lebughue. Le message clé de ce single est d’amener les gens à se tourner vers la croix, symbole du sacrifice suprême consenti par Christ pour l’humanité, afin de nous accorder le salut. Le single a pour ambition d’aider les gens à méditer sur l’œuvre de la croix. À travers cette chanson, chacun peut regagner l’espoir, surtout en ce moment où le monde traverse un temps de crise dû à la pandémie. Pour ce jeune talent, la musique chrétienne est un très grand moyen pour propager l’Évangile, on peut prêcher et redonner de l’espoir au monde, à travers la musique chrétienne. Son plat préféré est le riz, le pondu et le croupion de dinde. Il aime arborer la tenue de ville: costume, chemise, pantalon tissu et cravate. Le meilleur souvenir de sa carrière musicale est le fait d’avoir un jour chanté alors qu’il était malade. Et comme par miracle, juste après la guérison s’en est suivie sans oublier mes différentes prestations à l’église. Ce que l’on transmet et reçoit est tellement fort, et ça fait énormément du bien, a-t-il affirmé !

Evangéliser à travers la musique

Le pire souvenir inoubliable est l’échec à un concours musical sur Instagram. Il n’avait pas pu gagner, puisqu’il avait moins de vues sur sa vidéo par rapport à une autre candidate. Les films, les jeux, les parties de football et naturellement la musique sont ses principaux hobbys. De temps en temps, il s’adonne à la méditation de la parole de Dieu, à la prière, à l’architecture et les sorties au restaurant. Il déteste la tricherie, l’échec, la pollution, la bagarre, les violences que subissent les habitants de l’est et le fait que souvent il y a manque d’eau et d’électricité dans notre pays. Sa couleur préférée est le bleu. D’après lui, chacun de nous a un rôle à jouer, que ça soit dans le pays et partout où nous nous trouvons. ‘‘Moi j’ai choisi de jouer le rôle d’évangéliser à travers la musique’’.

Clarisse Tshibola

Laisser un commentaire