Redorer le blason!

L’État de droit rime avec une justice équitable protégeant les plus faibles, exempte des procès iniques et surtout respectueuse des lois et textes légaux.

Le numéro de la Justice congolaise sensées être le reflet de l’avènement de l’État de droit est l’objet de plusieurs critiques en ce qui concerne la libération du DG de l’OVD et de la SOCOC. La NSCC, l’ODEP, l’ACAJ sont montés au créneau pour dénoncer ces libérations et exiger même la démission du ministre ai de la Justice. La libération du DAF de TRANSCO vient d’ajouter à cette longue liste de dénonciations sans compter les organisations de la société civile et les acteurs politiques qui plaident en faveur de la réouverture du procès Laurent-Desiré Kabila. Des interrogations sur le procès Chebeya. Assiste-t-on encore à une main mise de la politique? D’aucuns le pensent. Pour terminer, empruntons la citation du journaliste Litsani Choukran sur son compte Twitter :  » comme les poursuites, les libérations sont aussi politiques. La justice congolaise en sort décimée. Triste pour le pays ».

JM Mawete

Laisser un commentaire