Un gamin de 8 ans meurt électrocuté à Bandalungwa

Un gamin âgé de près de 8 ans a trouvé la mort  mardi 29 août aux environs de 8 heures du matin, après avoir été électrocuté. La victime était domiciliée  au numéro 9 de l’avenue Mika, quartier Lubudi dans la commune de Bandalungwa.  

Selon les témoignages recueillis auprès des habitants du quartier, l’enfant s’est réveillé normalement avec toute sa vigueur comme d’habitude. Amoureux du football, ce bambin constate que ses amis sont en train de jouer au football, décide de les rejoindre afin de prendre part au sport roi. Chose faite, lui et ses coéquipiers seront entièrement plongés dans le football. Alors qu’ils jouaient, la balle est allée finir sa course derrière un câble électrique pratiquement couvert par des herbes. Comme ils étaient incapables de sortir la balle par la main, le malheureux enfant va utiliser un fil de fer pour tirer la balle. L’électricité ne l’a pas épargné. Sur le champ, il a été projeté par terre et luttant avec la mort, il finit par succomber de suite de cette électrocution. Car, il y avait un câble mère exposé nu et présentant des fissures. Une fois en contact avec un être humain, la victime a moins de chance de survivre.

Après ce drame, la victime a été directement acheminée à la morgue. Juste après, il y a eu coupure d’électricité dans toute l’avenue. Après l’évacuation de son corps inerte, le service compétent de la justice devrait en principe effectuer une descente sur le lieu du drame afin de constater cette situation malheureuse.

La question que l’on se pose est de savoir à qui incombe la responsabilité de ce décès ? Est-ce à la SNEL ? En tout état de cause, la SNEL est civilement responsable en ce qui concerne cet acte. Car, elle devait bien s’assurer de l’état de ses câbles avant de les placer et non les laisser à la portée de tout le monde, plus pire encore à la portée des enfants. Ce qui a d’ailleurs causé mort d’homme. Selon la population, c’est la deuxième fois, que ce genre de situation se produise dans la même avenue.

Situation difficile à digérer pour la famille alors que ses parents cherchaient comment préparer sa rentrée scolaire.  A en croire les habitants du quartier, une collecte de fonds devra être réalisée porte à porte dans le but d’assister la famille de la victime à organiser les funérailles de leur enfant.

En attendant, le danger demeure. Les parents sont avertis..

Nico Kassanda

 

 

 

Laisser un commentaire