Une fin implicite !

Les gestes barrières, ce n’est plus qu’un vain slogan à Kinshasa.

Dans cette mégalopole de 10 millions d’habitants, les habitants reviennent peu à peu aux vieilles habitudes. Comme qui dirait le déconfinement de la commune de la Gombe a été un élément déclencheur de grande envergure. Les bus sont pleins, les marches organisées, l’Eglise catholique a repris les messes, le port des masques est devenu facultatif, les frontières de la capitale sont quasiment ouvertes, les fêtes sont célébrées dans des parcelles sans inquiétude, les rassemblements de plus de 20 personnes après l’enterrement se tiennent, le personnel soignant de l’équipe de la riposte contre la Covid-19 manifeste sans se soucier du respect des mesures barrières, les officiers de l’Etat civil autorisent les mariés à s’embrasser, les factures d’eau et d’électricité sont salées,… Pire encore, le Chef de l’Etat est en séjour privé en Belgique. Bref, le décor est planté pour la levée de l’Etat d’urgence. Heureusement pour la population que plusieurs députés abordent dans le même sens. Les forces de l’ordre censées faire respecter ces mesures sont absentes. Un rappel des troupes s’impose, le coronavirus n’étant pas encore totalement vaincu.

JM Mawete

Laisser un commentaire