Après le primaire : Cap vers la gratuité du secondaire

’ La gratuité de l’enseignement primaire est effective, nous n’allons pas nous arrêter là. Nous allons fournir des efforts pour que la gratuité soit étendue au secondaire’’. C’est l’une des promesses phares faites par le Président de la République Félix Tshisekedi lundi 7 octobre dernier du haut de la tribune de la Place de l’Indépendance à Bukavu, capitale de la province du Sud Kivu.

Et le Chef de l’Etat ne compte pas s’arrêter là. Il promet de redonner des bourses aux étudiants au niveau du supérieur. Dans cet effort pour l’épanouissement de l’homme congolais, il y a une place importante pour la jeunesse a-t-il conclu.

La paix au menu

Dans une déclaration faite lors d’un meeting tenu à la Place de l’indépendance, le lundi 7 octobre 2019 à Bukavu (Sud-Kivu), le président de la République démocratique du Congo, Felix Antoine Tshisekedi qui séjourne dans cette partie du pays, dit être prêt pour le sacrifice suprême pourvu que la paix revienne sur toute l’étendue du pays.‘’J’avais promis, lors de la campagne, de ramener la paix à l’Est du pays ; une paix définitive et je vous promets que ça reste ma priorité’’, a affirmé Félix Tshisekedi. Ces mots du président de la république ont été bien choisis pour séduire une population meurtrie et victime de plusieurs atrocités.

Toutes les couches sociales et politiques de la province du Sud-Kivu et celles venues d’autres provinces environnantes ont répondu présent à ce rendez-vous. Ils ont accompagné le Président de la République de l’aéroport de Kavumu jusqu’au centre-ville de Bukavu, parcourant ainsi une distance d’environ trente de kilomètres.

Venu spécialement pour procéder à l’inauguration du Centre de recherche agricole de Kalambo, prévue pour ce mardi 8 octobre, le chef de l’Etat a, juste après son arrivée à Bukavu dans l’après-midi de ce lundi, tenu un meeting sur la Place de l’indépendance, située dans la commune de Kadutu.

Accompagné de son directeur de Cabinet, Vital Kamerhe, fils du terroir, Felix Tshisekedi a eu des mots justes pour rassurer la population du Sud-Kivu qui vit au quotidien dans l’insécurité. ‘’ Je vais entretenir les Forces armées pour qu’elles soient au top niveau de défendre le pays comme il se doit’’, a affirmé Félix Tshisekedi. Avant de souligner que le bien être de l’homme congolais, par les défis de la paix, est son souci majeur.

Le président de la République a aussi insisté sur sa ferme volonté de faire de la gratuité de l’enseignement primaire, une réalité et son souci de diversifier l’économie du pays.

Environ 25 millions USD déjà débloqués

En vue de l’application de la politique de la gratuité de l’éducation de base, le Gouvernement a débloqué 41.678.475.595,00 de FC soit 24,972 millions USD sur 25,495 millions USD attendus, pour financer le premier palier additionnel de salaire des enseignants du mois de septembre 2019.

Ce décaissement vient matérialiser la volonté du Gouvernement à prendre en charge 34 740 enseignants sur le stock de 132 614 non payés ; réajuster le salaire des 410 284 enseignants payés. L’objectif consiste à faire passer le salaire du dernier enseignant à 100 USD contre 74 USD payé actuellement. Et que le salaire moyen soit élevé à 410.284 FC soit 245 USD le mois.

Dans l’ensemble, l’enveloppe de rémunération pour les 445.024 enseignants, proposée par le Ministère de l’EPST, passe de 42,045 millions USD à 67,540 millions USD le mois soit un additionnel mensuel de 25,495 millions USD, soit 76,485 millions USD d’octobre à décembre 2019. Ce qui porte l’enveloppe de la rémunération de 126,135 millions USD à 202,650 millions USD pour le dernier trimestre de l’année 2019, soit d’octobre à décembre.

Cependant, même si le salaire de 445.024 enseignants est assuré, un stock de 199.261 enseignants, dont 97.874 enseignants non payés et un effectif de 104 387 nouvelles unités continuerons à revendiquer leurs prises en charge par le Gouvernement. Même le projet de loi des finances 2020, en cours d’élaboration, ne donnent pas une réponse satisfaisante sur la question.

S’affranchir de la dépendance minière

Toujours à la Place de l’Indépendance, le président Félix Tshisekedi a souhaité lors d’un meeting que la République démocratique du Congo (RDC) puisse sortir de sa dépendance au secteur minier, à l’origine de nombre des malheurs du peuple congolais. Le président de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi, séjourne à Bukavu, dans le Sud-Kivu, depuis le 7 octobre pour l’inauguration d’un nouveau laboratoire de transformation des produits agricoles de l’Institut international pour l’agriculture tropicale (I.I.T.A) à Kalambo.

Insécurité

Devant la foule sur la place de l’indépendance, le président Tshisekedi a évoqué la possibilité pour la RDC d’accroître son économie moyennant d’autres domaines comme, par exemple, l’agriculture et ne plus dépendre seulement des minerais considérés comme source d’insécurité pour le pays.

‘’ Aujourd’hui, si l’insécurité règne, c’est à cause de nos richesses, a-t-il déclaré. Tout le monde nous les envie. Et finalement, nous, les Congolais, sommes les derniers à en profiter. C’est inacceptable. Notre défi, désormais, est non seulement de remettre de l’ordre dans ce secteur, mais également de diversifier notre économie pour pouvoir aller dans d’autres domaines qui vont permettre à la RDC de connaître une croissance exemplaire. Et dans ce domaine, il y a l’agriculture’’.

En réaction, le député provincial du Sud-Kivu, Richard Kinyoni Ndabagoye, appelle le président à matérialiser sa promesse. ‘’ C’est surtout la sécurité que nous allons essayer de prioriser, a-t-il déclaré. Avec l’insécurité que nous connaissons par exemple dans la plaine de Ruzizi, nous avons même du mal de relier la ville d’Uvira à Bukavu à cause de l’insécurité causée par les groupes armés et les coupeurs de routes’’.

Aucun mot sur la justice dans cette région où de nombreux crimes des deux guerres du Congo n’ont jamais été jugés.

L’IITA, deuxième laboratoire en Afrique subsaharienne

Mardi 8 octobre, le Chef de l’État a procédé à l’inauguration et à la dénomination de la station de recherche de l’Institut international d’agriculture tropicale (IITA) de Kalambo. Cette station sera baptisée « Campus de recherche IITA, Président Olusegun Obasanjo ». Par la même occasion, Félix Tshisekedi procédera également à l’inauguration du nouveau bâtiment de cette station abritant, entre autres, un laboratoire de pointe en matière de biotechnologie, deuxième laboratoire en Afrique subsaharienne.

Selon le service de communication d’IITA, les efforts menés par Olusegun Obasanjo, ancien chef d’État du Nigeria pour le développement du secteur agricole des pays d’Afrique subsaharienne en général et de la République démocratique du Congo en particulier, ainsi que son appui soutenu à l’IITA dans la mobilisation des partenaires techniques et financiers lui ont valu cet honneur.

L’IITA est également membre du groupe consultatif de la recherche internationale agricole et intervient en RDC avec l’appui de ses partenaires financiers et techniques dans le secteur agricole en vue de garantir la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi que la gestion des ressources naturelles et la promotion des activités génératrices des revenus, grâce aux produits agricoles, a confié Merveille Kungwa, responsable de communication de IITA.

Ont pris part à cette cérémonie d’ouverture, l’ancien président congolais, Joseph Kabila, le président rwandais Paul Kagame, le président burundais Pierre Nkurunziza, ainsi que l’ancien chef d’État du Nigeria Olusegun Obasanjo.

 

Laisser un commentaire