Contrat de construction d’un stade de handball à Kalamu : Mbayo induit Niango en erreur

Amos Mbayo, conseiller financier du ministre des Sports et président de la Fédération congolaise de handball a induit le ministre des Sports Papy Niango en erreur dans l’affaire du contrat de construction d’un stade de handball dans la commune de Kalamu.

L’affaire remonte au moment où Papy Niango Mushemvula venait de prendre les commandes.

Rappel des faits

C’est depuis le mois de juin 2014 par le canal de Mediacongo qu’était lancé un appel d’offres par le Gouvernement de la RDC via le Bureau Central de Coordination (BCECO). A cet effet, cinq soumissionnaires ont postulé. Après avoir passé par l’achat des cahiers des charges tout en respectant les différentes étapes tel qu’exigent par les conditions fixées par l’Autorité de Régulation des marchés publics de l’Etat qui avait donné l’avis de non objection. Après la publication de l’avis de non objection, un délai de 30 jours est requis. Et après ce délai, l’entreprise qui a gagné le marché peut effectuer une descente sur le site. Bien avant cela, c’est l’étape du paraphe de contrat qui intervient. Dans le cas présent, c’était le ministre Baudouin Banza Mukalay Sungu qui avait représenté l’Etat et du côté de l’entreprise, c’était la Société des Techniques Modernes (SOTEM) qui avait gagné le marché et représenté le jour de la signature du contrat le 27 octobre 2014 par son Directeur général l’Ingénieur Patrick Mushamuka sous le numéro 004832/ INTER.GOUV/ BCECO /DG/IKA/2014/MT.

Il sied de signaler que vdans un premier temps le montant global du contrat était de 707.405,37 USD (Dollars américains). Après la signature du contrat, l’entreprise SOTEM entre de plein droit et prend complètement connaissance du site, l’examine tout en faisant quelques études. Après examen et étude de faisabilité, les experts de SOTEM ensemble avec ceux du BCECO se rendront compte qu’il y avait des travaux supplémentaires non repris dans le contrat. D’où les avenants au même contrat qui ont conduit à l’augmentation du montant initial. Ainsi, il passe de 707.405,37 à 1.031.000 USD avec un montent de soumission  toutes taxes comprises  s’élève à 323.691,38 USD dont une TVA de 44.647,09 USD.

Notons que l’entreprise SOTEM a eu à préfinancer le début des travaux jusqu’à la hauteur de 483.000 USD pendant que l’Etat Congolais n’a pu décaisser que 103.000 USD.

Compte tenu du non-respect de l’échéance de décaissement par la partie Gouvernement, l’entreprise SOTEM s’était vue obligé d’arrêter avec les travaux. D’où la lettre d’arrêt des travaux adressé au DG du BCECO depuis le 21 décembre 2015.

Par conséquent, le pauvre Niango s’acharne sur l’entreprise SOTEM à qu’il veut coûter que coûte arracher le marché. Et pourtant, on croit que le contrat court encore. Que Maître Papy Niango se démarque d’Amos Mbayo et qu’il joue l’équilibre en cherchant la bonne information à la source au lieu de proférer des menaces. En tant que ministre, il ne peut jouer que son rôle convenablement qu’en matière de gestion de la chose publique, les hommes passent et les institutions restent.

Correspondance particulière/ Bokila Eugène 

Laisser un commentaire